Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

10 septembre 2009 4 10 /09 /septembre /2009 22:23

Sortie : octobre 2009
Label : Big Dada


Après Anti-Pop Consortium et Themselves, cette rentrée nous offre un troisième album de rap créatif et original, celui de Thavius Beck. Et le niveau est encore élevé. Après deux albums chez Mush Records et la production de l'excellent K-The-I???, puis une participation aux côtés de Trent Reznor (Nine Inch Nails) au dernier (et non moins excellent) Saul Williams, The Inevitable Rise And Liberation of Niggy Tardust !, l'Américain nous revient plein d'idées musicales.
Les samples
de Dialogue déferlent dès la première seconde, remplissant l'espace de manière mélodieuse et entraînante. Un certain grain et un désordre savamment organisé marquent chaque production. Thavius Beck y trouve une rampe de lancement pour son flow tantôt survolté, tantôt hypnotisant. Sa voix si présente laisse toutefois de temps en temps la place à des parties instrumentales prenantes, voire deux titres où on ne l'entend pas. L'album semble déferler à grande vitesse bien aidé par les 12 premières plages qui ne dépassent pas les trois minutes. Ceci accentue la densité du propos et permet de ne pas s'ennuyer une seconde.
Mais même quand il prend son temps sur les trois derniers morceaux, vous ne vous lasserez pas. Il sample et joue avec sa propre voix sur le grime de Sometimes. Les rythmes s'alourdissent de plus en plus sur cette fin de disque qui ne perd pas en inventivité. Sur toute la durée, les instrumentaux sont intelligemment construits et surprenants. Le 4 Part 2 final prend des airs drum'n'bass et un goût de piste de danse pour enfllamer l'ambiance jusqu'au bout.
Une seule conclusion : note son nom sur ta liste !


par Tahiti Raph

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires

dissertation proposal 11/09/2009 10:14

Blogs are so informative where we get lots of information on any topic. Nice job keep it up!!