Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

7 septembre 2009 1 07 /09 /septembre /2009 17:59

Sortie : 8 septembre 2009

Label : Ghostly International

Genre : Electronica

Note : 5/10


Artiste discret, peu remarqué dans notre vieille Europe, Jeff McIlwain aka Lusine est pourtant à la base du mariage, plus ou moins réussi, entre IDM et pop. Cet Américain possède un solide bagage musical par le biais de ses études dans la musique electronique et surtout de son boulot de designer sonore de musique de film. Autant dire que le mec sait comment malaxer la matière sonore. Bien qu’actif depuis 10 ans, c’est Ghostly International (label de Matthew Dear et The Chap) qui va véritablement le lancer avec Serial Hodgepodge, album sorti en 2004. On n'avait pas de nouvelles du bonhomme depuis 2007, le voilà de retour avec un nouvel LP, A Certain Distance.

Impossible de nier la dimension pop de cet album. La musique de Lusine est fortement balisée par les codes du genre. Cela revient à constater que chaque chanson semble emprunter une trajectoire linéaire. Par principe, l’IDM fuit ce genre de schéma scolaire. C’est pour cela que A Certain Distance apparaît comme un album facile pour tout fan d’IDM barré. En effet, on ne sent jamais agressé à l’écoute de ces 11 titres. Jeff McIlwain arrive à nous caresser les oreilles avec l’electronica progressive et planante de Baffle. Il en est de même avec Double Vision qui apparaît comme le morceau d’electronica idéal pour un dimanche matin difficile. Mais les incursions de Lusine dans des contrées house sur Every Disguise et Crowded Room sont pour le moins inutiles. Le reste de l’album versant mollement dans le downtempo ambient chiant d'Operation Costs, ou dans la comptine pop-IDM suave de Two Dots.

A Certain Romance est un album manquant de personnalité. Lusine a beau maîtriser son sujet, il semble être malheureusement tombé dans la musique aseptisée, celle qui ne vous dérangera pas parce que vous l’aurez oublié dès demain.

par B2B

Partager cet article

Repost 0
Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires

shift. 18/11/2010 03:22


CHIANT ! CE DISQUE A L'AIR CHIANT !
ils nous font chier a tous partir dans de la pop mievreuse comme l'a fait Saycet avec leur dernier album.
dommage parce que jádorais les anciens albums de Lusine...
A quand un featuring avec Benabar ou Sanseverino ??