Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

30 août 2009 7 30 /08 /août /2009 01:47

Sortie : 14 août 2009
Label : Make Mine Music

Depuis dix ans, Epic45 nous offre au moins une réalisation chaque année. Parmi elles, beaucoup de mini albums ou de EP. Le disque qui nous amène aujourd'hui ne déroge pas à cette règle.
Les Anglais Rob Glover et Ben Holton sont toujours à la tête de la formation, et celà même si ils se sont souvent adjoints les services de nombreux musiciens : Mark Oldfield, Paul Manasseh, Richard Butler ou encore Math Kelly pour ne citer que ceux-là.
Leur indie music navigue entre électronica, free folk et réminiscences post-rock.

Ce disque sent bon l'hiver et la mélancolie qui souvent l'accompagne. On imagine bien les vieilles barraques vides évoquées, au milieu des Midlands ou du Pays de Galles, avec les vieux parquets qui grincent et un bon feu de cheminée qui crépite.
Souvent utilisé, l'alliage entre électronica et le rock indé n'a rien de révolutionnaire. Tant mieux, ce n'est pas l'ambition de ces deux Britanniques.
Certes un peu facile, la comparaison avec The Notwist n'est pourtant pas complètement usurpée.
La voix est joliment voilée, discrète et jamais excessivement utilisée. Outre l'évidente déclaration d'amour aux guitares, force est de reconnaître qu'Epic45 n'est pas manchot en matière de petits bidouillages. Un bon paquet de petites sonorités capturées sont probablement environnementales. On devine également un piochage dans de vielles cassettes poussiéreuses, d'où ils ont su ressortir des sons et des petites séquences fantômatiques.
Très mélancolique donc, leur musique évoque même souvent le désenchantement. La légère  nonchalance du chant tend à conforter dans cette idée.
Pourtant cette mayonnaise n'a aucun mal à prendre et ces cinq titres s'écoutent divinement bien.

Pas forcément de saison, ce disque repointera sûrement le bout de son artwork lors de froides soirées d'hiver ou à l'aube de grisâtres matins emplis de spleen. Une vraie réussite.
                                  

par Ed Loxapac

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires