Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

24 août 2009 1 24 /08 /août /2009 21:54
Sortie : septembre 2009
Label : DFA


En 2005, Nike commandait à LCD Soundsytem une bande originale pour le jogging des adeptes de la marque. Disponible à l'origine seulement via iTunes, ces compositions ont ensuite été publiées en 2007 en vinyle par DFA, le label de James Murphy, lui-même tête pensante de LCD. La même année, certaines pistes de 45:33 se sont aussi retrouvées, dans une nouvelle version, sur l'album Sound of Silver. Juste avant un nouvel LP, les fougueux américains décident de sortir les remixs de ce disque pour joggeur de bon goût.

Manière de faire faire monter le buzz ou réelle volonté de diffuser au grand public ces versions alternatives ? A écouter le résultat, je pencherais plutôt pour la première solution vu les huit titres proposés ici et malgré la présence parmi les remixeurs de Theo Parrish et de Padded Cell. La première chose qui saute aux oreilles à l'écoute de 45:33 remixes, c'est que les producteurs choisis ont été très respectueux du style LCD, et pas très inspirés. En effet, il est très difficile de savoir faire monter la sauce peu à peu comme sait le faire James Murphy. Entre un groove entraînant qui vous prend doucement par la main pour vous mener bras en l'air sur la piste de danse et un long tunnel un peu pénible, la différence est parfois ténue.
Prenons par exemple le troisième morceau de 45:33, qui deviendra par ailleurs Someone Great sur Sound of Silver. Dans les mains de Prins Thomas, qui pousse le vice à le faire passer de 8'30'' à 13'15'', le titre devient interminable et je cherche encore le véritable apport, la touche personnelle qu'il apporte. Les éléments originaux sont toujours là et appréciables, mais cela ne suffit à en faire un bon remix. Theo Parish revisite l'extrait suivant pour un résultat plus réussi quoique toujours trop proche du style de départ.
Sur ce dernier titre comme d'une manière générale, la tonalité plutôt rock du disque de départ a été lissée pour donner une rythmique plus house. Et là, coup de chapeau à Riley Reinhold qui lui s'est bien démarqué des bandes fournies pour bâtir un track deep-house soigné et captivant. Un des rares passages de ce disque à sauver.
Car ni Trus'me, ni Padded Cell ou Pilooski ne redressent la barre.

Reste à espérer que Murphy soit plus inspiré pour le prochain album du groupe...
                              

par Tahiti Raph

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires