Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

21 août 2009 5 21 /08 /août /2009 14:03
Sortie : juin 2009
Label : Decon


Annoncé et repoussé depuis 2004, le premier solo de Chali 2na a fini par arriver dans les bacs au début de l'été. Une certaine attente planait sur cet ancien membre de Jurassic 5 et d'Ozomati pour ce Fish Outta Water qui s'avère à la hauteur de ce qui était espéré. Pour encadrer sa voix bonhomme et bondissante, le rappeur a fait appel a une longue liste de producteurs qui réussissent à dresser un univers à la fois homogène et fidèle aux sons de J5 ou plus originaux. Exemple de cette variété, deux titres, l'un avec Damian et Stephen Marley l'autre avec Beenie Man, ont une touche reggae qui s'intègre bien à l'ensemble. Ils ne constituent toutefois pas le meilleur du disque.

Pour cela, il faut aller piocher dans les passages dans lesquels le MC présente une face plus personnelle, parfois plus sombre qu'à l'habitude tout en gardant la même énergie dans son flow. Ainsi sur le single Lock Shit Down, accompagné élégament de Talib Kweli, il nous présente un aspect de sa personnalité qui n'apparaissait pas dans ses précédentes prestations. Ce sentiment revient aussi sur le très bon Controlled Coincidence avec Kanetic Source. Il y a beaucoup d'invités sur ce disque sans que cela ne nuise à sa qualité. Chali 2na est lui-même l'auteur de nombreux featurings...

Les autres bons moments viennent surtout des morceaux qui rappellent son passé avec Jurassic 5 comme Comin' Thru ou son hommage aux graffitis sur Graff Time. Des passages plus soul, Righteous Way ou Don't Stop et sa flute funky, viennent apporter une autre touche tout en restant liés au reste de l'album.

Le rappeur signe donc un bon premier solo qui démontre que 15 ans après ses débuts, il est toujours au niveau.


par Tahiti Raph

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires