Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

19 août 2009 3 19 /08 /août /2009 12:56
Date de sortie : août 2009
Label : non signé

On ne sait absolument rien de Morakh, si ce n'est qu'il est russe et qu'il met gratuitement à disposition ses albums sur sa page Myspace. Son premier album, Last Trip, est paru en 2008 et valait son pesant de cacahuètes.

En plus d'être doté d'un très joli artwork, Membrane n'a pas à rougir face aux productions IDM actuelles. On s'aperçoit très rapidement du travail d'orfèvre sur les batteries et les boîtes à rythmes. Des relents industrial se font sentir telles des rotates de précision insoumises. 
Ces dernières, bien qu'atteintes parfois d'une frénésie contagieuse, ne perdent jamais en cohérence.
Beaucoup de machines donc, et beaucoup de claviers également.
La musique se montre tantôt incisive et complexe comme sur les excellents Pattern in the Sky et Membrane, tantôt emplie d'une fausse naïveté lascive et synthétique sur Tonaramb et Unexepted Exeption.
Les approches mélodiques se croisent, se frôlent sans jamais s'entrechoquer dans un chaos assourdissant. Tout celà est divinement maîtrisé.
Voilà donc un son qui oscille entre le sombre et le majestueux, alliage qui crée souvent un grand cru en matière d'IDM. L'écoute de l'inquiétant Theater of Dead Bodies en atteste allègrement.
La dimension mélodique et aérienne de Black Man, piano voilé sur hip-hop glitchy ne semble souffrir d'aucune faille.
Morakh s'autorise même une sortie un peu shoegaze sur le joli Kill Me de fermeture.
Un seul regret, certains morceaux sont un peu trop courts et auraient mérité un développement plus poussé, comme sur l'arabisant Dead Fly pour ne citer que celui-là.

L'IDM de bonne facture ne se trouve pas seulement chez les disquaires et les net-labels, elle se cache parfois au fin fond d'un forum russe. Quand celle-ci peut se targuer de rivaliser avec celle des ténors, on ne va pas se priver. Télécharger donc cet album ici (c'est légal et gratuit) pour vous faire votre propre idée, il est peu probable que vous le regrettiez.
                                                               
par Ed Loxapac

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires