Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

18 août 2009 2 18 /08 /août /2009 18:31
Date de sortie : 17 août 2009
Label : Wireblock

Russel Whyte, plus communément appelé Rustie, commence à creuser son drôle de siillon outre-Manche. Après des singles et des remixs remarqués sur des labels tels que Bpitch Control ou Warp, Rustie lâche donc son deuxième EP après l'acclamé Jagz the Smack, paru chez Stuff Records. Ce nâtif de Glasgow a pour comparse un certain Hudson Mohawke, trublion de chez Warp qui officie, certes, dans un registre un poil différent.

Les Britanniques blancs ont tenté depuis un petit moment de s'émanciper des standards du hip-hop noir américain. C'est donc à des jeunes geeks beatmakers et bidouilleurs comme Rustie qu'il incombe cette lourde tâche. Surfant sur les courants en utilisant que le meilleur, sa musique est hybride et un brin putassière. Dubstep, grime, 8-bit ou hip-hop de science fiction, Rustie ne semble pas se donner de garde fou. Ces cinq titres sont à l'image de ce qui déchaîne les passions en Angleterre, mêlant à merveille les sonorités dansantes électroniques et les rythmiques plus ou moins martiales du hip-hop.
Tar est l'exemple même de cette glorieuse et hybride association. Bad Science et sa ligne de basse très dub se mêle à un R&B aquatique qui flirte avec l'acid. Très efficace bien que ça sonne parfois un peu cheap.
Shadow Center est un peu moins intéressant dans sa conception mais jouit de cette même recette bidouillée. Le disque se conclut sur un remix de la carte de visite de rustie : Zig-Zag.
C'est Heinrich Muller (Dopplereffekt) qui se met à table et égale (voire surpasse) l'original, avec tout ce qu'il faut comme cuts, breakbeats et nappes spectrales ou abyssales pour sublimer le morceau.

Ce serait donc ça le hip-hop du futur ? Les britanniques semblent s'en convaincre. Ce que beaucoup attendent comme une révolution pourrait se transformer en pétard mouillé. Ce nouveau genre semble déjà pointer des limites assez édifiantes. Aussi éphémère soit-il, celui-ci permettra sûrement à d'autres Rustie d'accèder à un autre niveau et d'acquérir une crédibilité qui traversera la Manche.
Aux states ou en Autriche, les plus matures Flying Lotus et Dorian Concept commencent déjà à se frotter les mains...
                               
par Ed Loxapac

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires

fred 19/08/2009 10:53

très sympa ton site. sobre et sophistiqué, à l'image de la musique électronique élégante.

Je te de dois un resto.

Fred