Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

10 août 2009 1 10 /08 /août /2009 15:08
Date de sortie : juillet 2009
Label : Skam

Team Doyobi est un duo originaire Manchester, composé de Christopher Gladwin et Alexander Peverett. Ces deux messieurs ont commencé leurs bidouillages en 1999 sur le label Fat Cat Records, avec leurs Split Series. Ils sont depuis restés fidèles au label Skam et celà depuis bientôt dix ans, malgré les nombreux remixs qu'ils ont livré sur bon nombre de labels phares.
Depuis leur album The Kphanapic Fragments en 2006, on restait sans nouvelles du duo.
C'est donc avec le plus grand plaisir que les fans de leurs "chip tunes" accueilleront la sortie du mini album Orch. V.

La musique de Team Doyobi s'est toujours voulu inspirée de celle des premiers jeux vidéo. Leurs symphonies 8-bit et glitchées sont composées à l'aide d'ordinateurs complètement dépassés, comme le premier Amiga pour ne situer que celui-là.
Ces geeks sembleraient donc se nourrir uniquement de vieilles puces Commodore.
Ils ont tout de même été obligés d'avancer un peu en même temps que la technologie, même si ils s'interdisent toujours d'utiliser les softwares les plus modernes.
Quand on sait tout celà, force est de constater qu'avec un tel matériel, ils arrivent à des résultats assez brillants.
Les trajectoires ressemblent à des sinusoïdes froissées, leurs mélodies volontairement bancales sont alliées à des rythmes survitaminés qui rapellent parfois le breakcore. Le saint beat, lui, ne semble plus compter ses grossières écorchures.
Cet Orch. V pourrait légitimement être qualifié d'Anti-Dépakine.
Tout le disque fait état de ce marasme jubilatoire, avec une préférence claire pour Plastic Vampires et Rephase V.

Joyeux geeks et bidouilleurs de tout poil apprécieront forcément cet oblique défouloir. De notre côté nous souhaitons encore longue vie à ce duo d'azimutés et à leur matériel vintage.

                               
par Ed Loxapac

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires