Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

8 août 2009 6 08 /08 /août /2009 15:58

Date de sortie : 28 Juillet 2009
Label : Tympanik

Composé de deux membres portant les doux noms de Ryby et Lord Sauron, Disharmony est une formation slovaque. Déjà auteurs de deux albums parus chez Aliens Production, ils signent le présent Evolution sur l'exceptionnel label Tympanik Audio.

Entre IDM, industrial et dark electro, cet album flirte parfois dangereusement avec l'EBM, musique électronique un brin bourrine, particulièrement affectionnée dans les contrées battaves.
Fréquemment, une voix digne du metal ou du sludge vient vociférer (pour ne pas dire vomir) toute sa rage, ce qui laisse parfois entrevoir des ressemblances avec This Mom'Omina.
Même si la musique du duo apparaît comme très violente et extrêmement torturée, il n'est pas rare d'entrevoir une douceur et une volupté plutôt bienvenue.
Les mélodies sont assez brillantes, toujours scindées par des amas de beats et un glitch bien utilisé. Il sera difficle de parler de traitement dans la texture, mais plutôt de torture. Attention, tout celà est savamment pensé, il n'est pas question ici de bouillie sonore.
Echantillonnage, traitement pneumatique, distorsions, sont autant d'aspects techniques non négligés par le duo. Tout celà associé à ce déversoir de rage pas contenu du tout, on en devient parfois un peu circonspect mais toujours captivé, comme sur l'inquiétant Coloseum ou le sublime Trilianum qui semble effleurer le comble de l'horreur.
Le message transmis par leur musique sera évident pour tout auditeur attentif. Les autres se contenteront de l'artwork, qui retranscrit à merveille toute l'atmosphère du disque.
L'écoute est physique et sans temps morts. Et même si les séquences calmes ne font pas légion, elles véhiculent un espoir fragile et éphémère, comme sur Coma, Euphoric, Endofends, Sacriface et le superbe Evolution de clôture.
Le titre Spirals, ajouté sur notre player, n'est certes pas le meilleur de l'album mais illustrera parfaitement cet univers si particulier.

Evolution est un album atypique et sans concession. La fusion de genres qu'on croyait diamétralement opposés pourrait en faire fuir plus d'un. C'est sans doute l'album le plus difficile d'accès paru chez Tympanik cette année mais son écoute est toute même conseillée... à tous les téméraires aventuriers dont nous faisons partie.
                                 

    par Ed Loxapac                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                     

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires