Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

7 août 2009 5 07 /08 /août /2009 14:43
Sortie : juin 2009
Label : Spectral Sound

Voici un disque inspirée d'une house d'un autre âge, c'est à dire des années 1980. Les rythmiques sont plutôt modérées, assez simplistes et élaborées avec des machines aux sons des plus synthétiques. Sur cette base, Bodycode brode avec des nappes de claviers planantes et quelques éléments un tant soit peu entraînants. Les titres s'étirent sévèrement en longueur – entre sept et neuf minutes - de manière souvent inutile au vu des évolutions très limitées au cours des longues minutes qui s'écoulent. Le minimalisme de nombreux passages peut ainsi être assez ennuyeux.

Et pourtant, et pourtant... une certaine émotion se diffuse au travers de ces morceaux largement critiquables. Vient-elle du charme désuet qui se dégage de ces constructions simplistes et de ces sons marqués par le temps ? Sans doute puisque je m'y laisse piéger et me laisse porter par ces ambiances paisibles et minutieusement mises sur pied. Des détails surgissent alors : cette flute arabisante et discrète sur I'll Hold Your Hand ou ce mélange brésilo-japonais sur Arigato. Malgré cela, le manque de renouvellement des atmosphères a tendance à lasser sur la longueur. Il y a bien cette voix très house de Chicago sur What Did You Say pour apporter un peu de fraîcheur, sans toutefois être complètement satisfaisant pour maintenir l'attention. De même, le chant – masculin cette fois-ci – sur Imitation Lover n'a rien non plus de très intéressant.

Un album réservé aux amateurs de house à l'ancienne qui y trouveront de quoi calmer leur nostalgie. Les autres risquent de s'ennuyer ferme. Il es vrai que produire des disques de ce type à notre époque est un brin curieux.



par Tahiti Raph

Partager cet article

Repost 0
Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires

rewind 07/08/2009 21:21

un album vraiment génial, il quitte pas ma voiture en ce moment ;)