Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

5 août 2009 3 05 /08 /août /2009 11:31
Date de sortie : 10 août 2009
Label : Planet Mu


Nous avions déjà parlé du Britannique Luke Vibert cette année, à l'occasion de la sortie de son album Rythm (ici). Il n'est donc pas nécessaire de revenir sur ses travaux avec Jean Jacques Perrey, sa pléthorique discographie et sur son glorieux passé au sein du label Ninja Tunes sous l'avatar Wagon Christ. Les sorties de l'Anglais sont toujours très attendues par ses fans de la première heure.
Cette fois-ci pour ce We Hear You, c'est le mythique label Planet Mu qui s'y colle.

Doté d'une grosse prod' ne laissant que très peu de place aux failles, cet album laisse apercevoir une facette que l'on soupçonnait depuis longtemps chez Vibert. Jamais poussée à fond, sa face la plus funky et dansante est là à son paroxisme.
Malheureusement, tout celà n'est pas toujours du meilleur goût. En reconnaissant que la notion de goût est assez subjective, on ne peut tout de même s'empêcher de penser qu'insérer des sons digne de la dance 90's dans de l'acid house n'est pas l'idée du siècle.
La maîtrise de l'acid est pourtant une des cartes de visite du lascar.
Par bonheur, tous les morceaux ne souffrent pas d'une telle infamie. Pretty Old Acid Music est un petit modèle du genre. On se réjouira également du tout en variation Belief File d'ouverture, du tubesque et rafraîchissant We Hear You. Le rigolo porn Shirtwee rappelle l'aspect cartoon sonore qui avait fait la gloire de Vibert à l'époque où il sévissait chez Ninja Tunes.
Les hymnes geek Computer Complex et Marvelous Music Machine ne sont pas en reste non plus, tout comme les intéressants Electrophy et Dive and Lie Wrecked.
On retrouve également ça et là le bienvenu et immodéré goût de l'Anglais pour le Moog.
Le reste souffre d'un excès de gimmicks et de redondance par tant de sons ronflants. Les breaks, le vocoder, les samples cartoonesques, les montées bleepiennes aquatiques et la démarche un peu "booty shake" n'y changeront rien.

Ce We Hear You est donc assez inégal et manque cruellement d'homogénéité. Il recèle heureusement une petite moitié de titres qui parviennent tant bien que mal à sauver l'ensemble d'un semi-naufrage. Tout celà n'enlevant en rien à tout le bien qu'on pense de Luke Vibert, on est en droit d'espérer qu'il revienne à plus de maîtrise.
Malgré l'"aigritude" relative qui emplie cette chronique, nous avons toutes les raisons de penser que ce disque trouvera quand même son public. A vous de vous faire un avis.
                                 
par Ed Loxapac

Partager cet article

Repost 0
Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires

Mike 09/08/2009 20:00

Hola Ola !!!

Etant un grand aficionado de l'artiste en question, je me permet de réagir face à cet article.
Les goûts les couleurs sont des choses trés subjectives, et il est en effet difficil de satisfaire tout le monde surtout quand on parle de Luke Vibert... (L'artiste qui a posé sur les "meilleurs" labels indépendants dans des styles trés variés, du Trip Hop au Amen Break...).
Personnellement, à la premiére écoute, j'ai trouvé cet album assez surprenant de part l'untilisation de samples comme on pouvait + le retrouver sous Wagon christ (pseudo bloqué par Ninja Tune au passage, il avait signé 4 albums à l'époque mais que 2 sont sorties pour le moment les 2 autres sont apparemment finis depuis des années mais vu la direction de Ninja Tune aujourd'hui ils ne sont pas prés de sortir...). On retrouve biensûr son coté acid qu'il maitrise tant, un coté dubstep aussi bien maitrisé, des gros break bien ficelés... Tout ça pour dire que j'ai vraiment apprecié cet album où on retrouve d'autres facettes de l'artiste (qu'il utilisé moins ces derniers temps) mais pour le plus grand plaisir de nos oreilles !

Chroniques électroniques 09/08/2009 20:53


Ton avis est le bienvenu Mike, même si il est contadictoire.
Mais comme tu l'auras sans soute remarqué, nous étions sûr que ce disque trouverait son public.

Amicalement.
Ed Loxapac.