Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

22 juillet 2009 3 22 /07 /juillet /2009 23:29
Date de sortie : 20 Juillet 2009
Label : Benbecula

Christopher Leary ou Ochre, est un Anglais établi à Newcastle. Avant de réalisé son excellent album A Midsummer Night Dream sur le prestigieux label Toytronic, Ochre a fait ses classes en remixant la musique du légendaire jeu vidéo Zelda. Ont suivi des morceaux signés sur des labels tels que Rednetic ou Boltfish et un deuxième album paru en 2006 sur l'excellent et très ouvert label écossais Benbecula.

Pour ce troisième long format, Ochre s'est attaché les services du compositeur Benet Walsh qui avait collaboré avec Leila et Plaid par le passé.
Même sans l'avoir précisé, l'écoute de morceaux tels que Circadies, Whispers, ou encore Lunar Suburbia, rappellent immédiatement le glorieux album Not For Trees du duo britannique.
Cette electronica teintée d'acoustique se nourrit également de jazz et de folk avec des encordées de harpes, de glockenspiels, de guitare, de violons et même d'un ukulele (sans lequel Julien Doré ne serait sans doute pas ce qu'il est).
Cette sautillante et hybride musique explose souvent à nos oreilles tels de synchronisés feux d'artifice.
L'excellent Napolese semble même prendre des allures de valse moderne et électronique.
On retrouve agréablement ce qui avait fait le succès de son premier album avec toujours cette capacité à la variation rythmique et de traitement du beat, en atteste The Balance, le titre de clôture.
Certains tracks se montrent plus expérimentaux, comme Dustlands (et son rythme tribal), Pteron ou Great Wave.

Like Dust Of The Balance est un album doté d'un charme indéniable qui accompagnera vos dodelinements d'un sourire béat. Une véritable bouffée d'air frais qui mérite au moins le même succès qu'Ambivalence Avenue de Bibio (chroniqué ici), bien qu'issu d'un registre bien différent.

                                 http://www.spatze.com/graphics/ochre_like.jpg
par Ed Loxapac

Partager cet article

Repost 0
Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires