Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

22 juillet 2009 3 22 /07 /juillet /2009 22:22
Date de sortie : 20 Juillet 2009
Label : Planet Mu

Le Britannique Dylan Nathan, véritable nom de Jega, n'en est pas à son coup d'essai en matière de compositions électroniques.
Ce Manchunien aujourd'hui expatrié en Californie a fait des études d'architecture en même temps qu'une autre pointure : Mike Paradinas, plus connu pour être l'artiste qui se cache derrière µ-Ziq et également boss du label Planet Mu. Le campus londonien où se sont rencontrés Nathan et Paradinas a également hébergé un certain Aphex Twin. Ces trois compositeurs partagent le même goût pour les expérimentations sinusoïdales et l'analyse spectrale. Ceux qui ne pigent rien à ce que j'écris se réfèreront à Wikipédia pour de plus amples précisions.
Jega a sorti trois EP sur l'illustre label Skam et deux albums sur Planet Mu, dont l'excellent Geometry, paru en 2000.
Variance avait déjà fait son apparition sur internet en 2003 à la manière d'ébauches encourageantes mais pas vraiment abouties.
C'est donc Planet Mu qui le sort de son placard pour on l'espère lui redorer le blason.

Variance est conçu comme un double album de 9 titres chacun.
Constituée de morceaux d'electronica dépeignant des paysages et des motifs ennivrants, la première partie reflète la face mélodique et lumineuse de Jega. On retrouve ce sens du travail de la texture synthétique, mais également des basses cher au producteur Mike Paradinas. Ce premier volet est varié et très harmonieux, laissant souvent place à des compositions éthérées et aventureuses.
La deuxième partie est quant à elle sensée imager la sphère la plus sombre de Jega, beaucoup plus agressive et complexe. On y trouve de tout, des drones, des turbines industrielles, du glitch et des beats technoïdes. Abasourdi par une technique hors norme, on est parfois circonspect face à toutes ces sinueuses trajectoires explorées. Cette technique hallucinante nuit parfois à la qualité de l'écoute car pas assez maîtrisée. L'exemple le plus parlant est sans doute Hydrodynamic, capable du meilleur mais aussi un peu du pire. Même si cela n'altère en rien le génie du bonhomme...
On retrouve parfois cette capacité aux errements sur la première partie du disque.
Le mieux aurait été de concentrer les meilleurs titres en un album plus concis, mêlant les deux faces de Jega.

Je chipote un peu mais avec un type pareil, on est en droit de demander l'exceptionnel.
Ne vous y trompez pas pour autant, Variance est certes un peu inégal mais recèle d'excellents morceaux et mérite un déffrichage fouillé. Les inconditionnels du label Planet Mu fonceront eux, les yeux fermés.

par Ed Loxapac

Partager cet article

Repost 0
Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires

CatZeCat 25/11/2010 23:46


Je craque plus sur GEOMETRY que VARIANCE, question de gout ...
Merci pour l'article. Cheers.