Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

21 juillet 2009 2 21 /07 /juillet /2009 19:20
Date de sortie : Juillet 2009
Label : Distant Noise Records

Nous avions déjà eu le plaisir de parler de Will Bolton, aka Cheju, à l'occasion de la sortie de son album Broken Waves (chroniqué ici), en janvier dernier.
Ce talentueux britannique est co-fondateur du label Boltfish. Il a officié au sein de Biotron Shelf en compagnie du non moins talentueux Mint et également avec Jon Lee sous le doux nom de Bal-A-Klah-Va.
Baptisé Cheju en l'honneur des magnifiques îles coréennes du même nom, il parvient aisément à retranscrire dans sa musique toute la luxuriance et le mystère qui plane sur ces îles méconnues.
Waiting for Tomorrow paraît donc récemment sur l'ambitieux label Distant Noise.

Cheju se permet de nous pondre deux albums en un peu plus de six mois. Broken Waves squattait ma platine il n'y pas une semaine.
Par bonheur, Waiting for Tomorrow est de la même veine. Certes plus facile d'accès et plus organique, la qualité du disque ne s'en ressent pas.
Les rythmes sont également moins complexes mais cet opus se montre encore plus caressant que le précédent. On note néanmoins une recrudescence d'instruments digitalisés. De somptueuses et bienvenues guitares apparaissent tout au long du disque. Les claviers, clavinets et synthétiseurs sont eux aussi à l'honneur pour cette IDM apaisante et onirique.
Cheju joue aussi plus avec les saturations à l'aide de blasts aussi agressifs qu'un massage de vestale.
On a perpétuellement le sentiment d'être en apesanteur, voguant tranquillement au son des textures atmosphériques filtrées et de ces beats gentiment scindés par un glitch toujours aussi discret.
L'album est à proprement parler excellent, avec une préférence non dissimulée pour les excellents Grid Reference, Half Remembered, Rose Window et le grandiose Neon Drift (9'26) qui nous fait basculer dans un rêve dont on ne souhaiterait jamais parvenir à sortir.

Vous aurez bien compris que Cheju nous offre une fois de plus un somptueux disque. La recommandation est faite, à vous de plonger...
                              
par Ed Loxapac

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires