Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

12 juillet 2009 7 12 /07 /juillet /2009 12:47
Sortie : Juillet 2009
Label : U-Cover


Pleq, de son vrai nom Bartosz Dziadosz, officie à Katowice en Pologne. Cet étudiant en philosophie de 25 ans est devenu très prolifique en un peu plus d'un an. Dotées de capacités harmonique et visuelle hors du commun, ses réalisations ont tapé dans l'oeil de bon nombre de labels puristes. Précisons d'ores et déjà que cet album est distribué à seulement 155 copies. Autant dire qu'il serait de bon ton de vous bouger le cul si vous souhaitez en obtenir un exemplaire.
Il a publié trois albums en 2008, The Metamorphosis est son second en 2009, sortant presque simultanément avec The Fallen Love.
Attardons nous un peu sur ce nouveau génie de la composition classique et laptopienne.

Assez épurée, la musique du polonais peu s'apparenter à une IDM teintée d'ambient.
On est très rapidement subjugué par la majestuosité ce cet album.
Hautement mélancolique, parfois un peu nihiliste, cette musique pourrait servir de bande originale pour un film en noir et blanc, illustrant un drame amoureux.
Les motifs et les textures explorés évoquent la désolation d'un coeur et d'un territoire natal à l'abandon. Le terme somptueux est le plus édifiant.
Le glitch et les micro-bruitages partagent la monarchie avec des compositions de machines.
Face à tant de maîtrise et d'alchimie harmonique, on pourrait parfois douter de l'humanité de l'auteur. Le spectral et plaintif violon sur Don't Cry My Dear, la voix Cocorosienne du sublime Maus ainsi que de régulières mélodies au piano, ôtent les rares doutes qui tenteraient de subsister.
Essayer de déterminer le meilleur morceau serait vain tant cet album est à envisager comme un ensemble, une fresque spleenienne de haut vol.
Qu'il m'est agréable d'être jeté à terre par un artiste dont je ne connaissais rien.

La musique de Pleq procure des émotions rares, entre rêve et triste réalité.
Elle est donc plus que recommandable à tout amateur de musiques électroniques expérimentales mais concrètes. Celui qui passerait à côté de cet opus commetrait bien plus qu'une erreur, une véritable hérésie.
                                 
par Ed Loxapac

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires

marc 23/09/2010 19:31


Salut,
merci pour la découverte de Pleq je suis absolument fan. Je suis plus qu'impressionné par l'artiste qui a sorti une dizaine d'albums ou d'EPs en l'espace de 2ans (pour ceux sur lesquels j'ai posé
l'oreille c'est juste parfait) et pourtant reste dans une confidentialité totale.
C'est du au genre de musique d'après toi ? Pourtant il est pas si loin d'un Four Tet (plus mélodique ou pop certes). Je ne suis même pas convaincu que personne ne serait intéressé par ce genre
d'album, y manque peut-être la cohorte de fans et de médias en tout genre pour faire ressortir les pépites?
D'ou merci pour partager Pleq-et-les-autres, sous-représentés, qui font pourtant parti de l'avant-garde et des grands de la musique actuelle.


Chroniques électroniques 25/09/2010 23:59



Salut Marc, effectivement tu as raison, Pleq est un artiste génial et injustement méconnu. Je capte pas bien la comparaison avec Four Tet car ça n'a franchement rien à voir. Pour ce qui est des
genres dans lesquels il officie, ils sont aussi nombreux que ses réalisations. Allant de l'IDM sur Lucid Dream à l'ambient pur (Our Words are Frozen) mêlé d'approches acousmatique et de neo
classical (The metamorphosis et Fallen Love). Tout celà avec une utilisation subtile du glitch. Sa propre phrase de présentation est d'ailleurs Glitch & Melancholy. Le fait de signer
prochainement un nouvel album sur un label jeune mais référence comme Impulsive Art devrait lui offrir un auditoire plus large. Voilà. En espérant t'avoir renseigné, bonne continuation.



Un fan de bonne zic 22/08/2009 16:20

L'angoisse, je déteste ce genre de galette.
Conseillez un vrai album electro choisissez Joakim - Milky Ways.

Chroniques électroniques 22/08/2009 16:45


Je rejoins mon ami Ed Loxapac dans sa chronique du Pleq. Un excellent d'album d'IDM, certes pas facile d'accès.
Concernant le nouveau Joakim (dont tu trouveras la chronique ici : http://chroniques-electroniques.over-blog.com/article-33540368.html), je le trouve sans réel intérêt.

B2B.