Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

26 juin 2009 5 26 /06 /juin /2009 12:16

Année : 2009
Label : Tigersushi

Genre : Electro-techno-rock

Note : 7,5/10

Krikor n'est pas un arriviste. Le mec traîne ses guêtres dans le milieu electro parisien depuis près de 10 ans. Lui qui sort de l'Ircam (formation en musique électro-acoustique) choisit pourtant la techno, tendance minimal, à ses débuts. Il va tranquillement tailler sa route aux cotés de Chloé et Jennifer Cardini, va fonder un duo avec Ark et collaborer aux excellentes compil' de Kill The DJ ou du D.I.R.T.Y. Sound System. Arrive donc le stade du premier album et à ce petit jeu là, Krikor, livre une galette étonnante, un ovni complexe.

Un groupe fantôme, The Dead Hillbillies, accompagne Krikor dans ce voyage. Land Of Truth ne ressemble à aucun autre album, chaque morceau possédant son existence propre. Les 11 titres font la part belle à un univers personnel, résolument sombre et drogué. Ni rock, ni techno, ni ambient, Land Of Truth flirte avec tous les styles pour un résultat sidérant de maitrise.
Les featurings s'enchainent avec pertinence. Nicolas Ker de Poni Hoax prête sa voix au tube rock tendance coldwave, God Will Break It All. On le retrouve sur le brillant Dogs On Trial, qui ressemble à du Louderbach (chronique ici) avec sa conception minimaliste et son glaçant final synthétique. DJ Chloé vient chantonner sur le désabusé Everything Fades pendant qu'une autre Chloé, celle de Battant, ouvre le bal sur The Times.
A coté, figure nombre de morceaux hypnotiques comme Serpico's Wallet qui fait penser à du M83 crasseux avec ses nappes aériennes. Cette ambiance grasse se retrouve souvent sur l'album quand ce n'est pas un univers résolument plus désertique qui surgit. Comment ne pas penser à un western crépusculaire à l'écoute de Wanton Boy ? Les quelques notes de guitares qui s'évaporent vous donne l'impression d'être en pleine errance dans la Death Valley. L'enchaînement avec The Mist appelle les fantômes du Velvet Underground pour un final psyché.

Avec Land Of Truth, Krikor signe un album personnel à multiples entrées. Libre à l'auditeur de se perdre dans ces 11 titres captivant. Destiné avant tout à une écoute solitaire pour une meilleure introspection, cet album mérite sincérement un long détour.

par B2B

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires

Benoit - Hop Blog 25/07/2009 19:06

un des mes albums coup de coeur pour cet été