Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

10 juin 2009 3 10 /06 /juin /2009 14:05

Année : 2009
Label : Rabid Records

Genre : Electro-pop labyrinthique

Note : 8/10

Attention, disque glacial au potentiel addictif sans précédent.
Karin Dreijer Andersson est avant tout connu pour être la moitié féminine du fantastique duo The Knife. Le side project de la Suédoise permet de retrouver en partie l'esprit du duo. En partie seulement, car ici on navigue dans un territoire sonore totalement inconnu. Avec Fever Ray, vous allez plonger dans un puits sans fond.
Musique aux contours indéfinissables mélangeant trip-hop, cold-wave, ambient et electro, cet objet insondable est d'une noirceur sans précédent, la bande son post-apocalyptique d'un monde en déliquescence. Le potentiel cinématographique de cette oeuvre majeure est indéniable comme le suggère le bien nommé Keep The Streets Empty For Me.

Les 10 pistes vont sonder l'âme humaine au plus profond. Mais on ne se noie jamais dans ces sonorités, on plane au dessus des flots en ayant l'impression d'être le spectateur d'un labyrinthe lynchien.
La musique de Karin Dreijer Andersson est parsemée de territoires reconnaissables comme ces sonorités asiatiques sur Triangle Walks, ou africaines sur Coconut ou bien aussi ces nappes de synthés 80's subtilement agencées sur Concrete Walls. Fever Ray est un album prompt à stimuler l'imagination la plus féconde, difficile de ne pas se croire dans une cérémonie vaudou à l'écoute du fantastique If I Had Heart. Le chant tout en nuances de Karin permettant de se retrouver dans cette errance introspective.
La pochette de Charles Burns permet de mieux appréhender cette odyssée. Les lecteurs de la BD culte, Black Hole, trouveront dans Fever Ray la bande-sonore adéquate de ces images.
Rarement un album d'aura été d'une puissance autant retenue, d'une homogénéité aussi parfaitement maitrisée. Fever Ray est un chef d'oeuvre crépusculaire.


http://citizendick.org/wp-content/uploads/2009/12/Fever_Ray.jpg

par B2B

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires

manu 25/02/2010 01:08


que dire de plus,la vérité,rien que la vérité se trouve contenue dans cette critique.FEVER RAY est pour moi la découverte et l'album musical de l'année 2009.a découvrir d'urgence.!!!!
merci pour ton blog.....


Mia 15/09/2009 19:55

Elle est superbement écrite, cette critique.
ça m'a tout de suite donné envie d'écouter...