Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

6 juin 2009 6 06 /06 /juin /2009 17:49
Année : 2009
Label : Eastgate


La mythique formation allemande Tangerine Dream prend forme en 1967 avec à sa tête Edgar Froese, né en 1944. Les membres originels n'auront de cesse de se séparer au gré des évolutions du groupe. Les musiciens passés par Tangerine Dream sont donc difficilement chiffrables, on retiendra le passage de Klaus Schulze ou de Conrad Schnitzler.
Tout cela pour dire que Tangerine Dream a traversé toutes les époques glorieuses de la musique en s'inscrivant dans l'histoire avec des albums légendaires tels que Ricochet (live), Alpha Centauri ou Electronic Meditation. Rock progressif, krautrock, électronique... la musique de Tangerine Dream avait même été qualifiée de new-age par certains hérétiques.
La musique électronique ne serait sans doute pas ce qu'elle est sans des groupes comme Tangerine Dream ou Kraftwerk. Des artistes modernes tels que Daft Punk, DJ Shadow ou même Boards of Canada y ont puisé bien plus que de l'inspiration.
De nos jours, la formation perdure grâce au presque éternel Edgar Froese, à Christopher Franke et Johannes Scmoelling. D'anciens membres ou de nouveaux venus participent avec parcimonie à des lives historiques ou à l'élaboration d'albums inégaux.

Ce Flame paraît donc sur le label Eastgate. Edgar Froese est aux manettes. Bizarrement, on ne s'ennuie pas une minute. Cet opus est un hymne aux synthétiseurs et aux séquenceurs. On se noie avec délectation dans ce marasme de sonorités aventureuses. Il faut reconnaître toutefois que certains trucs sonnent un brin vintage, un peu trop même. Mais peut-on réellement en vouloir à un papy de 65 ans ? Il aurait pu sortir un énième album inégal, sûr de toute manière de créer le buzz. Non, là il y a bien une réelle démarche artistique avec un talent de programmation hors norme. Tel un alchimiste, Froese pourrait transformer du Jean-Michel Jarre en or. Ca ira, Ca ira encore semble décrire une orchestrale odyssée spatiale. Savoureux.
Huit morceaux pour un très bon album. Seuls le déroutant Pier 54 et le progressif et trop vintage Timeless peuvent se montrer un peu chiants. Le Morning Star de clôture prend des allures kraftwarkiennes vitaminées. Etrange et redondant mais pas désagréable. On ne va pas faire la fine bouche face à une si bonne surprise, venant d'un groupe dont on attendait plus grand chose. Tangerine Dream démontre avec Flame, que même quarante ans plus tard, ils sont toujours dans le coup.

Le groupe se produira même à l'Olympia le 12 Septembre 2009. Nul doute que les 80 euros de frais n'effraieront pas jeunes et vieux, avides d'assister à un show titanesque, de la part d'une des formations les plus mythiques que comprend la musique électronique. Je ne peux que vous conseiller de parcourir chronologiquement toutes les facettes de leur immense discographie.
                               
par Ed Loxapac

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires