Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

27 mai 2009 3 27 /05 /mai /2009 18:23
Année : 2009
Label : Western Vinyl


Christopher Tignor est un jeune Américain, plus connu pour être la tête pensante de Slow Six, projet génialement expérimental.

Cet album résulte de la rencontre entre la pianiste Margaret Kampmeier, le violoniste Colin Jacobsen et le bidouilleur multi-instrumentiste Christopher Tignor.
Disons dès maintenant que cet opus repousse les limites en matière de nouvelles compositions classiques. Chaque morceau est joué deux fois. Tout d'abord dans sa forme organique, puis reproduit en boucle. Tignor utilise deux programmes d'échantillonnage et de transformation du son pour remixer le tout à sa divine sauce. Quand il ne plante pas un microphone dans les instruments pour tout retransformer en live, il peut passer des heures à retravailler une texture, une boucle ou un écho. Pour les musiciens aventureux nous préciserons les noms des machines utilisées : Mnemona et un Stream Sequencer (un ST-80 de chez RC Systems ?).
Une musique de puristes certes, qui pourrait être qualifiée de "branlette" par les amateurs de "boum boum", mais que tout mélomane digne de ce nom se doit d'apprécier à sa juste valeur. On succombe allégrement à l'écoute des sublimes Last Nights on Eagle Street et des deux diptyques : Meeting in a Colored Shadow et Cathedral. L'usage des machines pouvait certes passer inaperçu auprès d'un grand nombre d'oreilles inéveillées, les doutes s'effacent lorsque tout le retraitement bidouillé et minutieux de Tignor est jeté à la face de l'auditeur sur le glorieux Left in Fragments. On en oublierait presque de préciser que les deux musiciens associés ne sont pas des brèles non plus.

Core Memory Unwound est en tous cas une véritable merveille, composée par un musicien pour qui l'ingéniosité et le génie sont poussés au paroxysme. Visitez le myspace de Slow Six, vous y verrez des vidéos bluffantes et écouterez bien plus que de la musique.
                                 
par Ed Loxapac

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires