Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

25 mai 2009 1 25 /05 /mai /2009 11:57
Année : 2009
Label : Universal

Le fait que son album sorte en même temps que celui à qui il est souvent comparé ne va pas faciliter la différenciation. En effet, Asleep in the Bread Aisle d'Asher Roth est arrivé dans les bacs juste avant le RelapseEminem. Et si ce dernier nous avait habitué à des sorties régulières, sa dernière livraison n'arrive qu'après quatre ans de silence discographique. Avec sa voix de rappeur blanc et son humour, Asher Roth s'est vite retrouvé avec l'étiquette de nouveau Marshall Matters. Une ressemblance évoquée avec respect pour ce modèle, rancœur envers les journalistes et talent sur As I Em. Il a heureusement pour lui un style à lui et une voix un brin moins nasillarde. S'il ne bénéficie pas des productions toujours aussi léchées d'un Dr Dre omniprésent derrière les manettes de Relapse, le rappeur de Pennsylvanie dispose d'instrumentaux de qualité qui lui conviennent tout à fait. Il pose ainsi sur des ambiances assez soul ou blues comme sur I Love College qui rappelle Everlast... encore un rappeur blanc décidément !
Autre avantage au nouveau venu : sa fraîcheur. Quand Eminem doit expliquer les raisons de son silence et ses problèmes médicamenteux, Asher Roth nous fait découvrir qui il est. De même, quand le premier fait ses pitreries habituelles sur We Made You, le second apporte un ton nouveau plutôt plaisant. Les deux hommes convient assez peu d'invités avec, d'un côté, les habitués Dre et 50 Cent, de l'autre, notons la voix légère de Cee-Lo (moitié de Gnarls Barkley) et le toujours survolté Busta Rhymes.
Il n'y a pas grand chose à reprocher à l'originaire de Detroit qui signe un disque solide comme il sait les faire. L'air de déjà vu constitue un des seuls regrets. Donc la balance penchera de mon point de vue pour Asher Roth qui en plus de la nouveauté, se laisse parfois tenter par des sons plus modernes, notamment sur She Don't Wanna Man, apportant une certaine variété.
Autre avantage : les 47 min et la cohérence de Asleep in the Bread Aisle – seul le morceau Bad Day est moyen – Relapse qui peine un peu sur la fin. La comparaison est donc avantageuse pour Asher Roth car il dispose de certains atouts d'Eminem, tout en évitant plusieurs de ses travers.
d' face à la longueur de

 
Par Tahiti Raph

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires

Abraham Soubrie 25/05/2009 13:47

Bonjour ,

Merci pour votre article et pour les news...

çA Phot ' Aux Yeux ...!

A+ de vous relire , Sincère salutations . Abraham Soubrie PhotOGraphiC