Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

18 mai 2009 1 18 /05 /mai /2009 13:17

Année : 2009
Label : Dare to Care Records


Emmené par le compositeur multi-instrumentiste Serge Nakauchi Pelletier, le groupe canadien Pawa Up First livre au début du mois de mai son trosième album. Les deux opus précédents avaient prouvé l'immense potentiel mélodique du groupe même si l'aspect fourre tout et un poil trop cérébral avaient décontenancé les auditeurs de post-rock beaucoup plus conventionnels.

Ce qui frappe immédiatement chez Pawa Up First, c'est l'indéniable potentiel cinématographique de leur musique. Un post-rock où la mélodie et la précision rythmique priment sur la saturation à l'extrême. L'utilisation de l'électronique est assez minime que ce soit en studio ou en live, servant essentiellement à retailler certaines textures.
Conçue comme un dialogue cérébral entre la mélodie et le rythme, leur musique tout en variation serait presque digne d'un groupe formé au jazz. Comme si toute ces facettes ne suffisaient pas à rendre ce groupe suffisamment original, une bonne dose de hip-hop est également injectée, matérialisée ici par l'apparition des MC Boogat et D-Shade sur les excellents titres Territorio et In a Hurry to Nowhere. On pourrait presque croire à une incongrue rencontre entre The Roots et A Silver Mount Zion. Joyce Vallus, transfuge d'aKido prête également sa voix sur je ne sais plus quel morceau.
Les musiciens sont exceptionnels avec une mention spéciale pour le pianiste et le batteur. Les cordes se répondent et se complètent quant à elle à l'unison. Tous les titres sont excellents sauf peut-être Nowhen qui se traîne un peu. The Departure, Delusions of Grandeur, Transit (très Enio Morricone) sont autant de pièces maîtresses attestant du potentiel pictural et cinématographique du groupe.

Pawa Up First signe ici son album le plus abouti et le mieux produit. Souhaitons qu'il les aidera à sortir de l'ombre. Et pour ceux qui comme moi ne les ont jamais vu en concert, espérons qu'une séance de rattrapage ne tardera pas à venir.
Excellente surprise venant d'un groupe étonnant.
                               

par Ed Loxapac

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires