Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

14 mai 2009 4 14 /05 /mai /2009 01:12
Année : 2009
Label : Alpha Pup


Jason Chung est un producteur californien, plus précisément de Los Angeles. Nosaj Thing a fait de la musique avec des ordinateurs dès l'adolescence.
Il commence à être reconnu sur la scène underground californienne grâce à des remixs de qualité. Il s'est également illustré lors de battles hip-hop et visuelles de haute volée.

Ce qui frappe directement à l'écoute de cet album très attendu, c'est le talent indéniable de Chung en matière de modulation et de production. Spatial et éthéré, son hip-hop instrumental composé aux synthés et aux claviers rappelle un peu Flying Lotus ou encore Daedelus. Beats froissés, glitch, textures sub-aquatiques, basses assommantes... tous les éléments sont censés être réunis pour obtenir un album brillant.
Seulement voilà, la plupart des morceaux peinent à décoller. La technique est indiscutable mais on n'est pas emporté. Les morceaux commencent souvent très bien mais ne parviennent pas à tirer tout leur potentiel, dérapant vers des lenteurs léthargiques et des mélodies insipides (Caves, Us, Voices ou 2222).
Pas ennuyeux pour autant, l'écoute se déroule plutôt facilement mais génère certaines frustrations, comme sur IOIO ou Lords avec ses choeurs syncopés des plus questionnables. Les titres Fog, Coat of Arms ou le dyptique Light sont néanmoins de véritables perles. L'efficace bonus track Harrison Ford offre un véritable lifting à l'acteur de Moonraker. Très intéressant.

Pas aidé par un artwork un peu cheap, digne d'un visuel de Nathan Fake scotché à l'héro, cet album est inégal et trop linéaire. Déjà décrit comme un des jeunes artistes underground les plus prometteurs de sa génération, on est en droit d'attendre beaucoup plus de Nosaj Thing. Le potentiel est là, il ne reste plus qu'à transformer sur la longueur avec un album digne de ce nom. Même si ils ne sont pas en compétition, Flying Lotus et autre Dorian Concept sont encore bien loin devant...
                             
par Ed Loxapac

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires

Amadeus 11/06/2009 01:28

je suis totalement en desaccord, c'est vrai que lord ou 2222 sont assez frustrant mais nosaj arrive a la hauteur de flying lotus si ce n'est qu'il est meilleur pour son travail sophistiqué