Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

13 mai 2009 3 13 /05 /mai /2009 17:01
Année : 2009
Label : NonResponse


Installés aux Etats-Unis dans le New Jersey, Clay Emerson et Ian Pullman forment Loess depuis 2002. Déjà auteurs des admirables Loess (2002) et Wind and Water (2006), ils avaient également participé au projet Codec Scovill en 2001, en compagnie d'Alfredo de Matteis. Il avait résulté de cette collaboration un album remarquable et remarqué, Clinical Imperfections.

"Un Loess est une roche sédimentaire détritique formée par l'accumulation de limons issus de l'érosion éolienne, dans les régions désertiques et périglaciaires." Malgré cette définition un rien pompeuse et complexe, on peut y trouver plus que du sens à l'écoute de leur musique.

Burrows est en réalité une compilation de raretés, de faces B, d'inédits, de remixs et de nouveaux titres. Malgré cet aspect un peu fourre-tout, le disque peut-être envisagé comme un véritable album. Moins riche et moins expérimental que sur le premier album Loess, les Américains reprennent donc la recette de Wind and Water, une IDM brute débarrassée de tout artifice. Seuls de cinglants larsens ou drones profonds viennent souiller les superbes nappes de synthés.
Intégralement éléctronique, la musique de Loess peut paraître froide et déshumanisée. Bien au contraire, on décèle quelque chose d'organique, de revigorant dans cette musique définitivement humaine. L'évolution des morceaux est progressive, avec une palette de rythmes assez exceptionnelle. Pas d'obsessions chez les deux ricains de superposer des couches sonores à n'en plus finir, la surcharge ne fait sans doute pas partie de leur vocabulaire. Malgré tout, qualifier leur musique de minimaliste serait une hérésie sans nom. Certains titres commencent de manière assez dark pour finalement se terminer comme la description d'une aurore boréale, chaude et rassurante.
Soyons clairs, rien n'est à jeter ici même si les morceaux Schoen, Fascine, Nyckel, Thresh et Cyanor subliment l'ensemble. Un disque où l'écoute au casque est bien plus que recommandée. Le cul dans l'herbe sèche, la tête dans les étoiles et les yeux fermés, la brise caressante pour seule compagnie en attendant une rosée salvatrice. Voilà les conditions idéales pour profiter dignement de cet excellent opus.

Chroniques électroniques se fait un devoir depuis son ouverture de faire découvrir à ses visiteurs les nombreuses faces de l'IDM. Les mastodontes Boards of Canada, Autechre ou Plaid sont les arbres centenaires qui cachent une forêt musicale exceptionelle. Loess fait partie de celle-là. L'écoute de leur discographie ne peut que vous en convaincre.
                           
par Ed Loxapac

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires