Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

2 mai 2009 6 02 /05 /mai /2009 11:28

Date : 1er mai 2009
Lieu : La Maroquinerie (Paris)

Drôle de 1er mai sous le soleil qui se finit dans la petite salle de La Maroquinerie. Difficile de se mettre dans l'ambiance, surtout quand on vous sert un groupe de reggae totalement sans intérêt dont je tairai le nom pour ne pas nuire à leur popularité croissante.
Le niveau est forcément relevé avec l'arrivée du Chapelier Fou. Le jeune musicien se cale derrière ses machines et son laptop pour débuter son agréable set qui oscille entre electronica douce à la Sébastien Schuller et passages plus hip hop instrumental (abstract hip hop faudrait-il sans doute dire...). Pour enrichir ses rythmiques, le Français enregistre des boucles de clavier, de violon ou de guitare et construit ainsi ses titres par des empilements qui assurent de bonnes évolutions. Tout semble parfaitement réglé et sa maîtrise est impressionnante. Et tant pis s'il ne paraît pas très assuré à la guitare et que certaines mélodies de violon sont un peu faciles. L'ensemble est très réussi. Une belle découverte que ce Messin qui vient de sortir un EP chez Ici d'ailleurs.


Un laptop, une platine et un micro. La scène est prête à accueillir Buck 65. Ce dernier déboule comme s'il arrivait de l'aéroport avec sa veste en cuir sur le dos et son sac de course. Il envoie tout de suite le premier morceau et commence à nous raconter ses histoires avec son rap chanté si particulier. Il agrémente toujours ses récits de chorégraphies et de poses entre illustration des textes et second degré. Le Canadien explore une bonne partie de sa discographie et nous offre aussi quelques extraits de son album à venir à la fin du mois. Ses scratchs et ses tentatives pour communiquer en français avec la salle finissent de conquérir un public qu'il sait charmer sans difficulté. Il sait parfaitement varier les ambiances et assure un show alliant qualité et quantité pendant lequel il se dépense sans compter. Excellent !

par Tahiti Raph

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans concert-soirée-festival
commenter cet article

commentaires

seb 20/05/2009 10:54

Très convaincu également par la prestation de Chapelier fou. Et je me réjouis d'ores et déjà de sa collaboration avec Matt Elliott pour le prochain Third eye foundation