Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

2 mai 2009 6 02 /05 /mai /2009 00:58
Année : 2009
Label : Unseen Records

Keith Kenniff est un compositeur multi-instrumentiste américain doté d'un immense talent. Il a étudié les percussions à l'illustre Ecole de musique de Boston mais est également un guitariste et un pianiste émerite. Que ce soit sur son projet Helios ou avec son avatar Goldmund (uniquement au piano), Kenniff a toujours su emmener l'auditeur vers des contrées et des horizons lointains, où la volupté et le spleen bienfaisant règnent en maître. Il s'est essayé par le passé à des incursions vers un post-rock lumineux comme sur les brillants albums Ayres et Eingya. Le chef d'oeuvre Caesura, paru en 2008 sur l'excellent label Type, versait dans une électro-acoustique polaire chargée d'émotions.

Le label Unseen Records a donc la brillante idée de compiler ces dix titres inédits. On éspère que ce premier volume en appellera bien d'autres tant les titres qu'il recueille sont admirables. Cette compilation aurait d'ailleurs pu faire office d'album électro-acoustique teinté d'ambient tant l'ensemble bénéficie d'une grande homogenéité. Les titres sont tous très downtempo et extrêmement planants. Difficile de faire un choix de meilleurs morceaux parmi toutes ces perles, les exceptionnels Cross the Ocean, Every Hair on your Head et Friedel semblent tirer particulièrement leur épingle du jeu. Le disque se clôt idéalement sur le très beau et très drone The Jaguar Sun.
A l'image de Fennesz, en moins électrique, Helios est bien un maître en matière de compositions modernes. Tout comme l'illustre pré-cité, toute sa discographie sous ses différents projets mérite d'être défrichée. Plus que recommandé.

par Ed Loxapac

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires