Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

27 avril 2009 1 27 /04 /avril /2009 14:29

Année : 2009
Label : Ninja Tune


Joe Corrales Jr, aka Yppah est un jeune texan originaire du Mexique. Il a sorti l'inégal et plus hip-hop You are Beautiful at all Times en 2006, déjà sur le label Ninja Tune. Durant sa jeunesse, il a joué de la guitare et de la basse dans différents groupes de rock mais s'est également illustré comme un turntablist de talent.
A l'écoute de ce They know what Ghost know, on constate que le chicano a sûrement durant l'enfance été bercé trop près des murs au son de My Bloody Valentine. En effet,depuis le début l'année 2009, on constate que le Shoegaze (dont MBV sont les pionniers) a le vent en poupe. Yppah ne rate donc pas le coche et délaisse quelque peu un hip-hop qu'il affectionne particulièrement.
Les guitares sont donc à l'honneur, saturées, avec une démarche psychédélique bien affirmée. Les basses, excellentes tout au long du disque, sont lancinantes et participent activement à l'effet narcotique et hallucinogène recherché. Le travail autour des batteries et du séquençage rappelle un petit peu DJ Shadow même si la comparaison s'arrête là.
L'oreille inéclairée pourrait penser écouter un groupe de chevelus, dodelinant de la tête en regardant leurs pompes pourris. C'est vrai que c'est un peu frustrant de savoir que ce type est en fait seul avec ses machines. En même temps, ça évite les querelles d'un collectif et les musiciens trop défoncés pour jouer.
Lors de ses dernières presations live, il a néanmoins pris l'habitude de se produire avec un live band et celà pour ajouter une dimension humaine et spectaculaire en concert. Cet album bénéficie pourtant bien d'un traitement électronique et d'une production de grande qualité. Cela faisait d'ailleurs bien longtemps que le label à bout de souffle Ninja Tune n'avait pas sorti un disque aussi léché.
L'album s'écoute donc très facilement, avec une petite préférence pour Playing with Fireworks, The Moon Scene 7, They Know what Ghost know et Sun Flower Sun Kissed. L'excellent Bobbie Joe Wilson, démontre quant à lui, que Yppah n'a pas abandonné le hip-hop de ses premiers amours. La flûte enchantée sur Shutter Speed fait un peu "Ocarina" sans nuire à l'aspect ennivrant de l'ensemble.
Nul doute donc que cet album se distinguera aisément de toutes les parutions shoegaze qui envahissent actuellemnet les bacs des disquaires. Une seule question persistante, ce très bon album arrivera-t-il à lui seul à relancer la créativité en berne chez Ninja Tune ?
                             

par Ed Loxapac

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires

daYmo - MusicDestock 29/04/2009 14:09

ah ouai ... çà fait du bien ! Du bon Ninja Tune yeah. En tout cas t'as raison, c'est clair qu'en écoutant comme çà et si on oublie que c'est une seule personne qui fait sa performance, on voit un groupe de minimum 4-5 personnes sur scène.
Ca va me réconcilier avec Ninja Tune tout çà !
Parce toute la clique de Ghislain Poirier, The Qemists, etc. çà vole pas bien haut, j'ai même cru avoir fait une erreur de frappe et avoir tapé Ninja Tube tellement c'est Dance Floor à présent.
On veut du Yppah, Coldcut, Kentaro, Hextatic, Hint, Homelife, Cinematic Orchestra, Vibert, Kid Koala, Amon Tobin chez ninja tuNe !!!!!!!!