Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

25 avril 2009 6 25 /04 /avril /2009 15:36

Année : 2009

Label : Emarcy Records/Universal

Genre : Jazz Fusion

Note : 8/10



Nils Petter Molvaer est un trompettiste norvégien âgé de 49 ans. Ce virtuose de la composition a étudié la musique à l'université de Trondheim avant de rejoindre le groupe Masqualero. Ce dernier produit un jazz scandinave feutré. Molvaer quittera le groupe en 1997, pour lancer sa carrière solo avec le magnifique et mythique album Khmer.
Il fera de temps en temps appel à ses anciens comparses et s'attachera les services du génial Eivind Aarset pour délivrer un jazz/fusion électronique qui l'inscrit dans la lignée des derniers héritiers de Miles Davis. Molvaer utilise, lui aussi, une sourdine, ce qui renforce évidemment la filiation avec Sir Miles. La dernière sortie du maestro date de 2008, c'était une compilation de morceaux issus de B.O., sous le nom de Re-Vision. Les fans idolâtrent littéralement ses albums Khmer et Solid Ether ainsi que ses prestations live hypnotiques.

Cela fait donc quatre ans qu'un album se faisait attendre, depuis l'inégal Er en 2005. Le titre de l'album, Hamada, est tiré de la langue arabe. C'est une roche désertique issue de l'érosion naturelle.
L'intitulé et sa pochette ont un rapport relatif et assez subjectif avec la musique contenue dans cet opus. Celui-ci est très sombre mais beaucoup moins torturé que ses illustres prédécesseurs. Il y a toujours cette sonorité de trompette électrique, atténuée par la sourdine, si propre au Norvégien.
La majorité de l'album est contemplative sans être plate. En atteste le très mélodique Sabkah et le sublime Icy Altitude. On se sent sur ce dernier comme les témoins de la lente et inexorable fonte d'un iceberg des fjords. Drones et larsens de guitares glacés font également leurs apparitions, donnant une dimension inquiétante à certains morceaux. Le terrifiant Friction, semble quant à lui décrire la naissance d'un être grouillant et monstrueux dans des eaux noires et bouillantes. On sent dans ce titre et dans Cruel Altitude, véritable diamant de l'album, des influences prog-rock 70's, avec ses riffs de guitares martiales. Celles-ci avaient déja fait leur apparition sur de précédents albums mais semblent ici à l'apogée de leur maîtrise. L'aérien et lunaire Soft Moon Machine fait figure de flamme ne voulant pas mourir et cela dans un infini océan de dunes. Tout bonnement magnifique.
Ce disque est certes plus épuré et plus ambient que les productions précédentes et s'apprivoisera beaucoup mieux après quelques écoutes. Il décontenancera peut-être les fans du Molvaer plus électronique mais renforcera tout mélomane dans l'idée que le Scandinave est bien le chantre d'un renouveau jazz que n'aurait définitivement pas renié le regretté Miles Davis.


http://www.progressive-area.com/images/cover/nils_petter_molvaer-hamada.jpg                                  

par Ed Loxapac

Partager cet article

Repost 0
Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires

allomusic 04/09/2009 18:10

Allomusic aura le plaisir de faire l'interview de Nils Petter Molvaer le samedi 12 septembre !!!
Les images seront très prochainement diffusées sur http://www.allomusic.com

Vous pouvez dès à présent nous poser vos questions ou échanger vos idées sur notre forum:
http://www.allomusic.com/forums

A tout de suite!

La Team Allomusic!