Overblog
Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

18 avril 2009 6 18 /04 /avril /2009 14:21

Date : 16 avril 2009
Lieu : Cité de la musique (Paris)


Le Français Erik Truffaz n'arrête plus d'être à l'affiche pour présenter les différentes facettes de son triple disque de voyage. Le 16 avril, direction le Mexique avec le spécialiste de la texture synthétique minimale : Fernando Corona alias Murcof. Dans une lumière feutrée, les nappes de ce dernier envahissent l'espace de la salle qui dispose d'un système de son irréprochable. La trompette se pose sur ce Good News From The Desert par des feulements d'une grande douceur. Dès le second morceau, Talvin Singh les rejoints pour enrichir les compositions de son dynamique jeu de tablas. L'Anglais d'origine indienne se lance dans un solo final assez impressionnant.

Après avoir joué quatre titres dont les trois de l'album Mexico, les trois musiciens entament Mir de Murcof qui donne un petit coup de fouet au public avec le premier kick de la soirée, même si le tempo reste tout à fait raisonnable. Les tablas de Talvin Singh dynamitent les rythmiques de ce deuxième volet du concert.
L'indien s'en donne à coeur joie lorsque le Mexicain part dans un morceau click'n'cut bien dense. Truffaz place toujours quelques notes longues, alterne avec des phrases plus jazz ou branche son instrument sur différents effets pour moduler ses interventions.

Une excellente qualité de son, une bonne complicité des protagonistes ont permis une heure et demi de concert de très bon niveau même si certains reprocheront le jeu un peu linéaire de Talvin Singh. Une soirée qui donne envie de se plonger plus encore dans l'univers des trois hommes...

par Tahiti Raph

Partager cet article

Published by Chroniques électroniques - dans concert-soirée-festival
commenter cet article

commentaires

Caca Lover 07/10/2009 21:28


C'est pas un Indien, nom d'une pipe.


British... Un peu de sérieux, que diable!


Chroniques électroniques 07/10/2009 21:54


Oui en effet... mais tellement d'origine indienne !