Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

17 avril 2009 5 17 /04 /avril /2009 22:58
Année : 2009
Label : Boltfish


Cheju, aka Will Bolton, est un Britannique injustement méconnu. Malgré cela, il fait son petit bout de chemin dans le monde de l'IDM. Co-créateur du label Boltfish, il a également sorti plusieurs galettes sur des labels reconnus comme Rednetic ou U-Cover.
Ce Broken Waves, paru en janvier 2009, a mis du temps à venir à mes oreilles. Ce qui frappe chez Cheju, c'est qu'il pratique une IDM comme on en faisait au milieu des 90's en la faisant sonner moderne. On pense rapidement au Texturology de l'illustre Beaumont Hannant, datant de 1994, ou plus récemment à Proem.
Au gré de cet album, on se sent entre ciel et terre, en apesanteur face aux lumières du monde en perpétuel mouvement, spectateur volontairement impuissant face à l'évolution des structures émergentes. Oui, c'est un peu pompeux dit comme ça mais c'est amplement mérité. Pas radin le Cheju, l'album atteint presque les 75 min, composé de 12 titres plus trois remix (dont le sublime Bellflowerroot de fermeture).
Tous les titres ne sont pas des indispensables mais l'ensemble est tellement cohérent qu'on est presque obligé d'envisager cet album comme un tout. Cette IDM est particulièrement planante, renvoyant le mot aérien à l'essence même de sa signification. Les synthés utilisés sonnent pour la plupart un peu vintage (c'est décidément la mode en 2009). Des bleeps redondants, de profondes infrabasses et un glitch discret sont la recette magique de cet orfèvre du son. Les broken beats et les textures atmosphériques s'accordent parfaitement.
Mélancolie, profondeur, volupté. Beaucoup de jolis mots pour un magnifique album. Les titres Traces, Pachinko, Pica, Object not Found, l'onirique Blanchot, Bracken ou le plus incisif Hikari sont de véritables perles.
Malgré le titre de l'album, on souhaiterait presque que ces "vagues" ne viennent jamais finir leur course en se brisant sur le rivage.
Grand disque, définitivement.
                                 http://img.noiset.com/images/album/cheju-broken-waves-album-cover-9116.jpeg
par Ed Loxapac

Partager cet article

Repost 0
Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires