Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

4 mars 2009 3 04 /03 /mars /2009 16:38
Année : 2009
Label : Compost


Aprés l'acclamé French Cuisine, Alif Tree revient donc avec ce Clockwork.
Ce français se nourrit de beaucoup d'influences différentes et c'est un peu ce que j'aurais tendance à lui reprocher.
Féru de philarmonique, il a introduit de la pop, du jazz et des sonorités world exotiques dans ses précédents opus.
Ce monsieur est un peu difficile à suivre et c'est peut-être finalement ce qu'il souhaite.
On retient surtout de lui le titre Belle, sur son album précédent, le trop métissé French Cuisine.
Le remix de Forgotten Places par Moodymann rappelle également à mon bon souvenir.
Alif Tree est multi-instrumentiste et a le don d'incorporer de l'acoustique dans sa démarche électronique. La conséquence est que parfois, son son a tendance a flirter avec une lounge du plus mauvais goût, n'en déplaise aux amateurs de chill-out.

Mais revenons à ce très inégal Clockwork certes extrêmement bien produit.
Voilà un album de chansons, avec de belles voix et une touche jazz bien affirmée.
Passé le splendide instrumental d'introduction Au revoir, la collaboration avec Tony Joe White se fait plus sentir et là... c'est le drame. Des effluves de bayou et des influences Nashvilaines apparaissent et il est temps pour moi de fuir.
Il y a quand même des morceaux tout à fait agréables, bien chantés, accompagnés de cuivres et d'un piano de grande qualité. La chanson Que tu est magnifique, mais trop peu sont de ce niveau. Les petits bidouillages sur Clockwork m'ont également séduit mais pas assez pour qualifier ce disque de bon album.
Voilà un opus qui ne me parle pas, tout simplement. Nul doute qu'il trouvera son public, les disquaires regorgeant de plus en plus d'amateurs de pop jazzy pour bobos parisiens.

P.S. : ceci n'est pas un assassinat.

par Ed Loxapac

Partager cet article

Repost 0
Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires

Marie 19/03/2009 02:13

Tu as déjà su te procurer cet album? Il n'est sorti qu'il n'y a quelques jours je pense? Tu m'épates!
Je risque d'être déçue moi aussi, tant j'ai apprécié le premier album...