Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

3 mars 2009 2 03 /03 /mars /2009 20:09

Année : 2009
Label : Bpitch control

Genre : Electro-dub-techno

Note : 6/10


Un supergroupe à se mettre sous la dent, ça fait saliver d’avance d’autant plus quand il s’agit d’electro berlinoise. Bpitch control nous largue donc un projet commun entre Modeselektor et Apparat : Moderat. Sur le papier, ça laisse envisager un album prometteur. Il faut dire que le duo Modelesktor écume les scènes depuis quatre ans en retournant à chaque fois un public plus nombreux grâce un son electro percutant pendant qu’Apparat se fait plus sombre, plus progressif (et il faut l’avouer, plus intéressant).

Ne tergiversons pas : Moderat est un album sans intérêt. Pourtant, tout part bien avec l’intro de A New Error qui permet de retrouver l’ambiance urbaine crasseuse de Modeselektor accouplée aux montées sans fin d’Apparat. Mais ça ne prend pas, ça se traîne, ça se répète. C’est bien simple, on a l’impression d’écouter 11 fois le même titre. Il n’y a aucune recherche, aucune âme. Chaque morceau déroule le même schéma : une montée répétitive, plombante. Pourtant, on s’imaginerait bien déambuler dans un Berlin nocturne apocalyptique mais le côté keupon, ça va deux minutes.

La symbiose entre les deux groupes a beau être évidente, cet album tombe dans la facilité. C’est sans doute un album trop contextuel, qui sent la crise dans le fond et la forme. C’est dommage mais pourtant, un petit quelque chose me laisse à penser que les prestations live de Moderat seront d’un autre acabit et arriveront à dépasser les fondations de l’édifice.


par B2B

Partager cet article

Repost 0
Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires

ExtraPaul 22/12/2011 19:55

Voilà une critique très dure de cet album. Ne serait-il pas assez... intellectuel, par hasard ? Trop direct dans les mélodies et les sons ?
J'adore cet album, et je l'ai fait découvrir plus d'une fois à des oreilles critiques qui n'ont eu rien à redire...

Chroniques électroniques 22/12/2011 20:24



Je n'ai jamais tenté d'intellectualiser Moderat (et là heureusement d'ailleurs), je me suis arrété au ressenti. C'est une des chroniques qui me pose le plus problème 2 ans plus tard. Si c'était à
refaire, je serai bien plus indulgent. A l'époque, l'album m'avait laissé indifférent. Aujourd'hui encore, je le trouve insipide... mais pourtant, il possède une énergie impressionante, capable
de dynamiter littéralement une soirée (A New Error c'est un putain de titre).


 


B2B


 



Bob monade 17/06/2011 23:59


Moderat en live, c'est le bien, je confirme


Martinou 06/01/2010 13:19


Tout d'abord Merci pour votre blog. Je viens de le découvrir et il permet un aperçu assez complet sur tous les bons trucs qui vont sortir sur les musiques électroniques.

Maintenant, je ne peux m'empêcher d'écrire un commentaire sur vos critiques d'albums, souvent pertinentes mais parfois pour le moins étonnantes comme pour cet album de Moderat.

Je ne suis pas du tout d'accord avec vous. Pour moi, cet album fait clairement parti du top 5 de l'année 2009.
Je trouve que la collaboration entre Modeselektor et Apparat fonctionne à merveille. On sent bien les univers des 2 côtés sur chaque morceau. Etant fan des deux, je ne peux qu'adorer Moderat. Ca
commence par la claque A New Error, puis ca continue avec les chef-d'oeuvres Rusty Nails et Seamonkey. Le featuring de Paul St Hilaire sur Slow Match est à nouveau une splendide réussite, après le
déjà entendu Let your love grow paru sur Happy Birthday de Modeselektor.

Il est vrai qu'après le dyptique Porc, l'album s'essouffle un peu, mais le bien est fait ! J'ai pris mon pied avec les premiers morceaux.

Je respecte quand même votre avis, ça a le mérite de nourrir le débat. Mais sachez que je suis loin d'être le seul à considérer cet album comme un petit bijou.


Chroniques électroniques 06/01/2010 13:51


Le problème vient plus de Modeselektor que d'Apparat. Le duo berlinois n'arrive pas à évoluer depuis le premier album "Hello Mom!" et nous ressrre inlassablement son son certes très personnel mais
franchement un peu fade et racoleur.
Cette tentative de collaboration ne m'a absolument pas paru pertinente et intéressante (sauf le très puissant A New Error), trop répétitive et manquant de personnalité.
Mais comme tu dis, cela a au moins le mérite d'attiser le débat. En tout cas, le but n'était pas de descendre l'album mais plutôt de montrer ma déception. J'essaie de temps en temps de le
réécouter, mais rien n'y fait, ça ne prend pas.

En tout cas, merci de nous suivre.

B2B


shift. 03/01/2010 04:47


Pas du tout d'accord.
A part le morceau Sick with Me qui est nul à chier selon moi, le reste de l'album est sublime.
A new Error et Rusty Nails sont les titres les plus marquants au départ, sublimes de nostalgie et de romantisme, la première renouant avec les nappes acides de BOC, la deuxième nous ramenant aux
notions sensuelles de la pop new age. Mais ces deux titres, à force d'écoute en répétition, se font oublier et l'on apprend à découvrir le reste de l'album. Celui-ci s'écoute d'une traite et les
morceaux s'enchainent avec une vraie cohérence (sauf le morceau Sick with it que je déteste je répète). On retrouve la patte des 2 groupes, mais certes avec une alchimie qui rend l'ensemble
étrange. Ce n'est pas du Modeselektor, ni du Apparat, c'est Moderat et c'est peut être pas ce à quoi on s'attend au premier abord. Le problème, c'est que ce serait maladroit de juger au premier
abord.
Cet album demande à être écouté beaucoup de fois et surtout, chaque piste à la suite, car il est vraiment structuré.
Le problème des chroniqueurs, c'est qu'ils sont pris par le temps et par leur volonté d'être au courant de toutes les nouvelles sorties, ce qui les empêche de découvrir réellement un album qui
demande à être écouté sur la longueur. Au moment où vous commenceriez juste à apprécier l'album de Moderat, vous auriez déjà chroniqué (en bien ou en mal)une bonne vingtaine d'autres albums...


Max 27/04/2009 22:01

Je suis en partie d'accord, j'ai un peu eu cette impression en écoutant le disque, on se fait vite chier. J'veux dire c'est beau mais c'est chiant.

Mis a part deux trois morceaux dont Rusty Nails plutot joli après on y revient pas vraiment.