Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Présentation

  • : Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • Chroniques électroniques - Chroniques de disques, de concerts, de festivals, de soirées de musiques électroniques, rap et bien d'autres...
  • : Au confluent des musiques électroniques, du rap et des autres styles, ce blog, ouvert et curieux. Chroniques de l'actualité des sorties IDM, électronica, ambient, techno, house, dubstep, rap et bien d'autres encore...
  • Contact

Recherche

Archives

Catégories

20 février 2009 5 20 /02 /février /2009 12:51
Année : 2009
Label : Warp


Ancien expérimentateur drum'n'bass, Tim Exile revient avec un 3e album résolument plus pop et IDM, Listening Tree. Bienvenue chez Warp ! Vous voici face à un objet hybride, ludique et bancal.
L'entrée en matière sur Don't Think We're One est surprenante : une chanson electro-pop à la voix caverneuse. Le rapprochement avec Dave Gahan, le chanteur de Depeche Mode, est sans appel. Ca risque donc d'en rebuter plus d'un. Pourtant dès Family Galaxy le coté foutraque est dévastateur. 4'30 ou l'on passe du trip-hop à la techno, de la drum'n'bass au breakbeat, de la jungle à la hard-tech, le tout donnant un morceau jouissif au possible.
La suite oscille entre le bon et le dispensable. Les morceaux d'IDM pur produisent leur effet, comme There's Nothing Left To Me But Her And This, pendant que les pistes trop cold-wave, Bad Dust, plombent le tout.
Le principal problème de cet album est ce coté surproduit. La voix est trop mise en avant, tout semble trop calculé. Un album vraiment intéressant mais qui malheureusement risque de se retrouver sous une pile de disques à trop vouloir en mettre plein la gueule.


Live de Tim Exile
Date : 19 février 2009
Lieu : Batofar (Paris)

A l'image du disque, le live de Tim Exile fut passionnant mais éreintant. Le premier quart d'heure a vu le mec jouer avec ses machines et sa voix (sampling, cutting,...) avec réussite. La suite fut moins pertinente, Tim Exile se perdant trop souvent dans des sonorités cold-wave datées avant de repartir dans des délires electronica de haute-volée.

par B2B

Partager cet article

Repost 0
Published by Chroniques électroniques - dans disque
commenter cet article

commentaires

sucker 26/06/2009 00:27

ce disque est un pur bijoux usicale, et de pop innovante. Je suis pas fan de cold wave, ni de tim exile par le passé, warp m'a fatigué ces dernières année...mais cette album est absolument prodigieux. 1er classe! Vous n'imaginez pas le travail de fou qu'il y' a derrière...en tous les cas moi je suis touché en plein coeur!

Tahiti Raph 20/02/2009 13:45

Mon cher B2B, vous avez oublié de préciser que le beau Tim arborait un magnifique sweat-shirt rouge, vert et noir du plus bel effet 80's.